| Retour à l' accueil |

Par David Koskas | (33) Commentaires | Permalink

Au Passage de Retz dans le marais à Paris à l’occasion de la remise du prix Pictet, nous decouvrons le premier prix international de photographie consacré au développement durable. Son but : Utiliser la puissance des images pour transmettre des messages d’un importance cruciale. Pour cette deuxième édition le thème retenu est celui de la terre. Référence à notre planète, au sol et à l’empreinte que l’on y laisse . Un façon de souligner sa beauté mais aussi montrer ses cicatrices.

Ce prix est une émanation de la Banque Pictet qui exerce exclusivement le métier de la gestion de fortune privée et institutionnelle. Singulièrement elle revêt la forme juridique qui rend les sept associés indéfiniment et solidairement responsables de ses engagements.  C’est le gage d'une totale indépendance financière, opérationnelle et décisionnelle, mais aussi d’une gestion  rigoureuse des risques. Nous avons la chance d’être ce soir avec l’un des 7 associés, Jean-Francois Demole pour parler du prix Pictet.

Separateur_post

A cheval sur le cours-la-reine

Par Claire Maingon | (0) Commentaires | Permalink

200pxstatue_albert_ier Vos promenades dominicales vous ont peut-être conduit sur le cours-la-reine, en bordure de la Seine. Vous avez alors remarqué plusieurs statues équestres sur cette promenade. Il y a tout d'abord celle d'Albert 1e, un genre de portrait à cheval de type guerrier, assez typique de l'esprit de statuaire officielle des années 1930. Elle est l'oeuvre d'un sculpteur peu connu du grand public, Armand Martial. Il s'agit vraiment d'un groupe inscrit dans l'héritage de la Grande Guerre, les commémorations ayant incité à ce type de commandes à la mémoire des personnalités combattantes. Albert 1e, roi des Belges, s'était distingué en refusant le passages des troupes allemandes par son pays. C'est en hommage à cet homme, qui périt dans un accident, que les français avaient souscrit à l'élévation de cette statue en 1934.

Autre statue équestre qui se trouve sur le cours-la reine : celle à Simon Bolivar, qui a été offert à la Ville de Paris par les républiques d'Amérique Latine en 1930 pour ma célébration du centenaire de celui qui fut surnommé le Liberator. Il s'agit ici d'une réplique d'une oeuvre de Frémiet dont il existe deux autres exemplaires à travers le monde.

294pxbolivar_paris

Voir aussi : Reportages

Separateur_post

Le Musée Chagall

Par Claire Maingon | (0) Commentaires | Permalink

Medium_chagall3 Le Musée Chagall, à Nice, porte le nom du message biblique, un thème fondamental dans l'iconographie de ce peintre juif d'origine russe. Il s'agit du premier musée qui a été entièrement consacré à un artiste vivant. Chagall en avait supervisé le projet architectural et pensé le parcours comme une progression dans son univers. C'est grâce à la volonté d'André Malraux que le musée a pu être construit, à partir de 1966. La question de la place de la spiritualité dans la société du 20e siècle était un point commun entre les deux hommes, un terrain de réflexion commune. C'est Chagall qui a lancé, dans le cadre du musée, l'idée de concerts ouverts au public. L'ouverture de ce musée s'est accompagnée d'une donation consentie par le peintre à l'Etat français et qui comportait les 17 peintures de son cycle du message biblique.

En 1972, il avait versé d'autres esquisses sur le même thème, ainsi que des sculptures, mosaïques et vitraux. Le travail et la symbolique du vitrail ont représenté un élément important dans la vie de Chagall. Après sa mort, en 1985, d'autres oeuvres furent versées au musée qui complètent cette collection monographique. On peut également y étudier et y consulter les ouvrages majeurs sur l'artiste dans le centre de documentation qui y est installé dans les murs.

Voir aussi : Reportages

Separateur_post

Les sculptures du Parc Monceau

Par Claire Maingon | (0) Commentaires | Permalink

Maupassant496 Sympa de faire une petite ballade au Parc Monceau en regardant les groupes sculptés du 19e siècle qui furent déposés en hommage aux poètes et aux musiciens. Dans l'esprit des jardins anglais, ce parc qui a été remanié du temps des travaux du Baron Haussmann a été enrichi de sculptures principalement sous la Troisième République. Par exemple, on y découvre un groupe à la mémoire de Guy de Maupassant. C'est l'oeuvre du sculpteur Raoul Vernet, autrement dit un nom que bien d'entre nous ont oublié..voire dont ils n'ont jamais entendu parler. Inagurée en 1897, c'est un exemple assez typique de la statuaire commémorative aux hommes illustres. On y voit une élégante, accoudée au monument et qui symbolise la femme dans l'oeuvre du romancier autant que sa lectrice.

Plus célèbres sont Antonin Mercié et Alexandre Falguière, sculpteurs a qui furent commandé le monument à Alfred de Musset. Ce groupe s'inspire de La nuit de mai, un poème paru en 1835. Ce monument a été inauguré au départ dans Paris avant de rejoindre le Parc Monceau en 1981. Autre monument important de la promenade, celui à Frédéric Chopin, sculpté par Jacques Froment-Meurice et qui montre le grand artiste à son piano, en train de composer la marche funèbre. Moi, je trouve toujours ces monuments assez touchants et amusants, certes un peu éculés, mais ils sont des témoins de la statuaire publique officielle du 19e siècle et en valent bien d'autres. Quand on voit les sculptures commémoratives actuelles, on peut finalement penser que ces oeuvres sont d'une belle qualité plastique et poétique.

400pxparc_monceau_20060812_frederic

Separateur_post

La verrière de Notre-Dame-de-Lorette

Par Claire Maingon | (0) Commentaires | Permalink

Notredame_de_lorette_interieur Puisque nous parlions tout récemment de la Manufacture de Sèvres et des expositions qui y sont organisées, on pourrait aussi parler de tout le patrimoine décoratif sorti de ces ateliers et que l'on découvre ci et là dans les églises de Paris. Je pense notamment à la verrière de Notre-Dame-de-Lorette, dans le 9e arrondissement. Cette verrière fut la première réalisation de la manufacture qui joua un rôle de premier plan dans la rénovation de l'architecture et du décor religieux au 19e siècle. Souvenez-vous, le Concordat consenti par Napoléon après les années de paganisme révolutionnaire, puis la Restauration monarchique...tout cela avait contribué à la rénovation du sentiment religieux. 

On soulignera l'importance décisive du Comte de Chabrol, préfet de la Seine, dans le pssage de ces commandes aux ateliers et à la manufacture. On parle toujours des commandes de peintures mais pas tellement du mobilier. Pourtant, les verrières sont des éléments importants dans le décor des églises. Il faut dire que Alexandre Brogniart, le directeur de la manufacture dans les années 1820-1830 (et architecte de la Bourse de Paris), était un passionné de peinture sur verre. Mais les artistes peintres n'étaient pas indifférents à cela puisque les verrières sont conçues d'après leurs dessins. Ici, à Notre-Dame-de-Lorette, ce fut Pierre Delomre qui réalisa les cartons, ainsi que le plafond de la chapelle de la Vierge. 

Separateur_post

La Halle Saint Pierre, foyer d'art brut

Par Claire Maingon | (3) Commentaires | Permalink

Hsp_1 Voilà un endroit bien sympathique, où il fait bon boire un café avant de visiter une exposition d'art brut : la Halle Saint-Pierre, au pied du Sacré-Coeur. Ouverte en 1986, il s'agit d'un établissement culturel appartenant à la Ville de Paris. Construite en fer et en briques, dans le genre des anciennes halles de Victor Baltard, cette halle accueille souvent l'oeuvre d'artistes contemporains. Mais elle possède aussi sa propre collection permanente, un ensemble d'art naïf réuni par l'éditeur Max Fourny dans les années 1970. Surtout, la librairie est extrêmement bien achalandée, notamment en ouvrages de grande qualité pour les enfants. Vous n'y trouverez pas que des livres d'art, mais aussi des publications sur la poésie, l'histoire, la philosophie ou la psychanalyse et les voyages.

Sachez que la halle Saint Pierre accueille régulièrement des manifestations culturelles telles que des soirées poétiques, des festivals de films, des salons ou des spectacles, débats et conférences dans son auditorium en sous-sol. C'est un endroit très sympathique où vous pouvez aussi juste venir bruncher le dimanche, sachant qu'il y a une belle clarté et assez d'espace pour laisser les enfants galoper et s'ébattre librement. Un bon plan culture et famille à connaître!

Voir aussi : Reportages

Separateur_post

Le château nantais

Par Claire Maingon | (7) Commentaires | Permalink

Paragraphe_img_2_fr_chateau_11 La ville de Nantes possède un patrimoine artistique et historique des plus intéressants. A l'heure où s'ouvre bientôt à Paris le Salon du Patrimoine culturel justement, on peut faire un petit retour sur un bâtiment emblématique de la ville : le Château des Ducs de Bretagne. Il vient d'être récemment restauré et illustré par une scénographie à la fois ludique et très bien faite, qui donne la part belle au virtuel. Il faut dire que l'auguste bâtiment était dans un bien sale état de délabrement. Les appartemetns anciens (le grand logis, le grands gouvernement, les tours des jacobins et de la couronne d'or) ont été magnifiquement rénovés pour retrouver quelque chose de leur faste originel.

Les tours d'entrée abritent désormais les 32 salles qui composent le musée historique. Elles sont complétées par des espaces d'exposition temporaire qui forment un tout de plus de 5.000 m2. Le château des Ducs de Bretagne représente, avec la cathédrale, l'un des plus vieux vestiges nantais. Datant du 13e siècle, il demeura le lieu de résidence principal de la famille ducale et notamment de Anne de Bretagne, qui fut tout de même deux fois reines de France par ses mariages avec Charles VIII et Louis XII. Le rattachement de la Bretagne à la France date de la moitié du 16e siècle, époque où ce bâtiment devint un logis des rois de France. Classé monument historique en 1862, il devient le musée que l'on visitera dès 1924.

Paragraphe_img_1_fr_chateau_35

Separateur_post

Cézanne à Aix : une valeur refuge

Par Claire Maingon | (1) Commentaires | Permalink

Cezanne Faudrait être myope, ou carrément aveugles pour ignorer Cézanne quand on se trouve à Aix. Le bar "Le Cézanne", le restaurant "Le Cézanne", la pizza "Cézanne", le petit train de la route de "Cézanne"...je caricature, mais c'est à peu près cela quand même. Heureusement, on peut aussi découvrir les aspects plus intimistes du célèbre peintre au caractère de cochon. Déjà, au Musée Granet. Après le succès international de l'exposition "Cézanne en Provence", en 2006, le musée avait complétement rénové son installation. Hormis les Cézanne, vous pourrez y apprécier une collection variée de Matisse, Léger et autres Mondrian. Mais aussi des figures locales du 19e siècle appartenant à la génération de Granet.

Bien sûr, on peut aussi se fendre d'une visite au Jas de Bouffan, comprenez la maison acquise par le père de Cézanne en 1859. C'est ici que notre peintre se réfugiera toute sa vie, souvent dans une demi solitude, avec sa bonne. La famille de Cézanne était bourgeoise, mais Paul vivra le plus souvent dans la misère, jusqu'à la mort tardive de son père, et le manque de reconnaissance. C'est ici qu'il trouve son motif de prédilection, qu'il entreprend son combat avec sa chère montagne. Le Jas de Bouffan se visite, avec le studio reconstitué. Perso, cela ne me fait pas un effet boeuf mais si ça peut plaire à d'autres. On peut s'acheter un poster, une corbeille de pommes...Moi, je préfère voir une belle toile, mais une vraie, dans un tout autre contexte. En tout cas, on peut dire que Cézanne, aujourd'hui, participe de façon non négligeable à l'économie de la ville d'Aix. Je dis cela sans jugement de valeur...mais c'est un constat qu'il n'est pas difficile de faire.

Cezanne Le Cinéma "Le Cézanne", pourquoi pas?

Voir aussi : Reportages

Separateur_post

La fontaine Agam de la Défense

Par Claire Maingon | (9) Commentaires | Permalink

Fontaine_agam_la_dfense_2 Le parvis de la Défense est un musée en plein-air..suffit d'ouvrir les yeux et de ne pas avoir d'aversion pour les années 70. Aviez-vous déjà pris note de la Fontaine Agam, symbole de l'art cinétique, oeuvre de l'artiste israélien éponyme? Elle a été installée dans les années 70. Agam est un contemporain de Vasarely, que vous connaissez mieux puisque, à une certaine époque, les panneaux d'affichage de Paris étaient décorés de ses compositions optiques.  Ce sont des artistes qui ont mené des recherches sur l'art visuel, en faisant naitre du relief en 3 D sur une surface qui n'en contient que deux. Cette fontaine colorées et symphonique a été baptisée "eau d'artifice" par son auteur. Non contente de voir passer de l'eau, elle est un véritable son et lumière à l'air libre. Agam avait même songé à y ajouter l'élément feu, un peu comme Yves Klein l'avait imaginé dans ses propres dessins d'architecture.

Cette fontaine se compose d'un grand bassin terminé par une chute d'eau. Ce qui impressionne et émerveille, ce sont naturellement les immenses mosaïques de couleurs, vénitiennes, qui tapissent le fond. Vous pouvez compter, vous y trouverez  86 couleurs différentes. C'est plus qu'un arc en ciel. Quant aux jets d'eau, qui composent la féérie aquatique, ils sont au nombre de 66. Ils atteignent une hauteur de près de 15 mètres...accompagné de musique classique ou de grands standards du jazz américain. Ca détend les workalcooliques entre deux rendez-vous de boulot.

une composition optique de Vasarely

Cependant, la fontaine ne fonctionne pas 24/24! Elle est en activité du Lundi au vendredi, de 12 à 15 heures, et avec le programme musical complet de 17 à 19 heures. Le week-end, elle fonctionne surtout l'après-midi et le soir (20h30 le samedi pour la musique).

Vous ne verrez plus la Défense de la même façon!

photo

Voir aussi : Reportages

Separateur_post

Dans la maison Horta de Bruxelles

Par Claire Maingon | (7) Commentaires | Permalink

source image

Victor Horta est l'un des grands noms de l'art nouveau belge, l'équivalent de notre Hector Guimard. D'ailleurs, les deux hommes ont partagé des liens d'amitié et de travail. Si vous passez à Bruxelles, ne manquez surtout pas de visiter sa maison, qui est un modèle du genre. L'architecte l'a dessinée et bâtie entre 1890 et 1901. On s'y promène librement, en pouvant se représenter la vie au tournant du siècle. Génial. Bien entendu, tout est ici caractéristique du style art nouveau, avec ces développements décoratifs d'inspiration florale, le puit de lumière au dessus de l'escalier. Ce sont souvent les escaliers qui, dans les maisons d'architecte, sont les tours de force. C'est souvent un moyen de prouver la virtuosité du talent de son concepteur. Mais, ce que j'aime aussi dans cette maison, ce sont les petits détails comme les interrupteurs, les poignées de portes, les boiseries. La salle à manger est réputée pour être la pièce la plus spectaculaire de la maison Horta car elle est décorée de carreaux d'émail jusqu'au plafond...Cette maison, magnifique vestige du temps de la Belle époque, figure au Patrimoine de l'Unesco. A voir absolument.

Voir aussi : Reportages

Separateur_post