Serra, serra pas?

Par Claire Maingon | (7) Commentaires | Permalink

Richardserra_marilynmonroegratagarb Je sors tout bonnement du Grand Palais qui ouvrira ses portes dès demain pour présenter sa Monumenta. L'invité, cette année, est l'artiste américain internationalement célèbre Richard Serra. Monumental, pour une monumenta, on n'en attendait pas moins. Surtout de la part de ce sculpteur du gigantesque, qui travaille depuis plusieurs décennies un matériau spécifique : l'acier. On se souvient bien sûr de la polémique qui avait entouré, en 1983, l'installation de Clara Clara au jardin des Tuileries. Il s'agissait de deux grandes plaques d'acier, arrondies, qui créaient une sorte d'espace en courbes à la limite du déséquilibre. C'est ça qui est bon, avec Serra, cette impression que nous sommes sur la Grande Roue. Ca donne le vertige.

Lire la suite (...)

Voir aussi : ActuArt

Separateur_post

Quand Barye rugit...Delacroix n'est pas loin

Par Claire Maingon | (8) Commentaires | Permalink

A20barye20lion2020serpent Allez tiens, je propose une petite série sur la sculpture animalière. C'est un beau sujet, mais qui demeure finalement relativement méconnu. On a coutume, c'est vrai, d'associer les sculptures animalières à de petits sujets décoratifs, bons à poser sur un rebord de cheminée. Il est juste qu'au 19e siècle, les fondeurs et éditeurs d'art ont beaucoup réalisé de ces ornements, à partir d'oeuvres de Barye ou de Mène. On trouve encore facilement dans les ventes publiques des bronzes de ces deux artistes, dans des fontes d'édition anciennes généralement sorties des fonderies Hébrard. Je voudrais revenir un instant sur ce Lion et le serpent de Barye. Quelle violence, on est bien ici dans l'esprit du romantisme des années 1830. Que d'aucuns appellent la Révolte.

Lire la suite (...)

Voir aussi : Sculpture

Separateur_post

Cabrita Reis joue avec l'espace

Par Claire Maingon | (6) Commentaires | Permalink

Pcr2005_4 Depuis hier (2 mai), on peut découvrir le travail de l'artiste contemporain Pedro Cabrita Reis entre les murs de la Galerie Nelson, à Paris. Ce portugais est connu dans le milieu pour ses installations très minimalistes, qui entetiennent un lien très fort avec l'architecture. Ses constructions faites avec des matériaux récupérés et néanmoins industriels (comme les néons) mettent en exergue l'espace qui les entourent ou qui les habitent. C'est à la fois efficace et prenant, sans trop-plein mais plutôt dans la confrontation de l'objet avec l'environnement, puis du spectateur avec les mêmes éléments. Il n'y a pas de volonté, chez Reis, de remplacer quelque chose de manquant. Plutôt sans doute de souligner, par l'installation-achitecture, la place de l'autre, la part du vide ou de ce que nous considérons comme le rien. Ce rien qui est en fait chargé d'espace et d'air. 

Lire la suite (...)

Voir aussi : ActuArt

Separateur_post

Carlo Maratta, le baroque

Par Claire Maingon | (3) Commentaires | Permalink

Apollodaphne_maratta Acteur du baroque dit tardif, Carlo Maratta est un peintre italien d'un talent un peu différent de celui de ses contemporains du rococo, tels que Pierre de Cortone. On le rapprochera plus volontiers de Guido Reni ou encore de Francesco Albani. Cependant, il fut un talent vraiment singulier, créateur d'une iconographie très personnelle. Installé dans la ville de Rome dès l'âge de 12 ans, Maratta a connu une très grande renommée de son vivant. Inspiré à la fois par l'art de Raphaël et des frères Carrache, il a su allier la douceur des teintes au classicisme des figures et des expressions bien sûr empruntées aux exemples de la statuaire gréco-romaine. Il fut aussi un pourvoyeur de belles oeuvres pour la cour de France, dans cette fin du 17e siècle.

Lire la suite (...)

Voir aussi : Histoire de l'art

Separateur_post

Une collection moderne : Allemand à Beauvais

Par Claire Maingon | (5) Commentaires | Permalink

Chapeau5639 Ah! L'épopée des grands collectionneurs. Elle nous permet de lire l'histoire de l'art à travers l'histoire du goût, de la passion. Il existe pleins de bouquins formidables qui nous parlent de ces grands passionnés, mais aussi des expositions. Je pense à celle autour de Marcel Sembat, mais aussi de celle autour de la collection constituée par Yvonne et Maurice Allemand dans les années 1950-70. Il faut savoir qu'Allemand était à cette époque directeur du Musée des Beaux-Arts de Saint-Etienne. Mais ce n'est pas tant lui qui a été vers les oeuvres, que les oeuvres qui sont venues à lui. On doit dire que leur collection, étrangement, ne se trouve pas dans cette ville mais à Beauvais, où les enfants du couple ont fait une importante donation. Et c'est tant mieux d'enrichir les musées à priori plus petit (celui de Beauvais a de très riches et belles collections). 

Lire la suite (...) Separateur_post

François Houtin et le fabuleux

Par Claire Maingon | (5) Commentaires | Permalink

Houtin06 On parle trop peu de l'art si discret et si sensible de la gravure, et encore moins de la gravure contemporaine. Pourtant, il y a beaucoup à dire, à la fois en terme de technique et d'artistes. Digne héritier de Gustave Doré, beau talent, François Houtin est justement l'un des graveurs de notre époque dont la technique très classique et très belle retient l'attention. Ce paysagiste à l'âme d'un rêveur se consacre à l'art de l'estampe depuis la fin des années 1970. Il a d'ailleurs reçu de nombreux prix importants, notamment le prix Florence Gould en 1986. On peut dire de l'univers de Houtin qu'il est du domaine fantastique, dans cette frontière entre la part du rêve, du conte et du cauchemar. Cela ne fait penser à Edgar Allan Poe. Cela me fait penser aux illustrations, aussi, des fables anciennes et des épopées médiévales.

Lire la suite (...)

Voir aussi : Gravure

Separateur_post

Voir et écouter l'architecture

Par Claire Maingon | (9) Commentaires | Permalink

150907_cite_architecture16 La cité de l'Architecture et du Patrimoine, sise au Palais de Chaillot, inaugure un nouveau rendez-vous. Il s'agit des séquences d'architectures, qui auront lieu dans l'auditorium, autrefois ancienne salle de la cinémathèque française avant son déménagement. Chaque dernier samedi du mois, vous pourrez assister à une séance de cinéma en relation avec l'architecture et la ville. Cela pourra autant être un long métrage de fiction que plusieurs films documentaires. Les regards seront croisés, proposant un enrichissement de notre approche de l'architecture et de sa mise en valeur. Toutes les trois séances, la programmation valorisera le fonds d'archives de l'INA, si riche. Cette séance à part portera pour titre "le temps des images". On y verra à cette occasion des documents d'archives qui pourront être des entretiens filmés, des émissions du passé.

Lire la suite (...)

Voir aussi : Architecture

Separateur_post

Quand Van Laer rénova le paysage romain

Par Claire Maingon | (6) Commentaires | Permalink

800pxpieter_van_laer_001 On connait trop peu l'influence du peintre hollandais Pieter Van Laer durant la période moderne. En ce plein milieu du 17e siècle, c'est pourtant autour de lui que se sont rassemblés de nombreux artistes hollandais et flamands à Rome, la ville de toutes les confluences artistiques. Il fut un rassembleur. Né à Haarlem en 1599, Van Laer était surnommé "il Bamboccio", c'est à dire la Poupée de son. Il fut une forme de rénovateur de la peinture paysage, en utilisant les ressources du paysage non pour servir de toile de fond à des scènes religieuses ou mythologiques, mais à de simples scène du quotidien. Autrement dit, il fit usage du décor de la Rome antique et de ses vestiges pour évoquer l'activité de la ville, les marchés, les réunions de mendiants, de forains ou de voyageurs.

Lire la suite (...)

Voir aussi : Histoire de l'art

Separateur_post

Schell a regardé New York City

Par Claire Maingon | (5) Commentaires | Permalink

Simg_5544 J'ai redécouvert les clichés de New York pris par le photographe Sherril Schell. Ils sont très graphiques et très années 1930. J'aime beaucoup ce regard porté sur l'architecture monumentale et industrielle de la ville. Les tirages argentiques confèrent aussi aux prises de vue ce magnétisme devenu historique. On y voit beaucoup les gratte-ciels, ces emblèmes de New York. Quand Schell s'est livré à son exercice photographique, New York était un vrai laboratoire d'expérimentations architecturales, très avant-gardiste. Nous étions dans les années de l'entre-deux-guerres, avec la porte ouverte sur la modernité. Une modernité qui n'avait plus rien à envier à l'Europe. Schell n'a bien sûr pas été le seul témoin de cette époque. On pense plus facilement à Steichen ou à Charles Sheeler.

Lire la suite (...)

Voir aussi : Photographie

Separateur_post

Mauméjean et la mosaïque de la Butte aux Cailles

Par Claire Maingon | (8) Commentaires | Permalink

File_31900_2 L'autre jour, voilà que je promenais à la Butte-aux-Cailles, vous savez ce coin si charmant près de la place d'Italie. C'était parfaitement agréable, et cela ne faisait à un Montmartre encore canaille, préservé des touristes. Très titi parisien. Mais revenons à l'art, chers lecteurs. Tout cela pour dire qu'on y trouve l'église Sainte-Anne-de-la-butte-aux cailles, une église qui fut achevée d'être construite en 1912. Ce qui m'intéresse, c'est avant tout son décor, un décor qui ne fut cncrétisé qu'à la fin des années 30. Bien sûr, le répertoire iconographique est dédié à sainte Anne et la Vierge, toutes deux célébrées su les vitraux de l'église. L'auteur de ces travaux n'est pas très célèbre, ou ne l'est plus. Il s'agit de Charles Mauméjean, dont le père fut le créateur d'une entreprise de vitraux et de mosaïques dans la bonne ville de Pau dès la fin du 19e siècle. 

Lire la suite (...)

Voir aussi : Histoire de l'art

Separateur_post