| Retour à l' accueil |

Frank Horvat Land

Par Louis Asselin | (40) Commentaires | Permalink

Horvat2908

Au fond, mais alors vraiment très au fond des choses, une différence essentielle entre le Nord et le Sud, c'est la sieste. La sieste, à l'abri du soleil noir ; à l'écoute du zéphir dans les feuillages du micocoulier, du catalpa, du figuier ou dans les aiguilles des pins.

L'immense vertue incontestable de cette sieste rénovatrice réside dans une observation très simple - un état qu'Albert Cossery n'aurait pas dédaigné. En fin d'après-midi, en début de soirée, les gens sont de meilleure humeur. Et alors les vernissages deviennent tout à fait acceptables.

Ainsi, Frank Horvat, une sommité de la photographie internationale, est descendu de ses collines alentours pour son vernissage au cercle des arts du village. Où le Monsieur le Maire se trompe dans son discours d'accueil : non, ce monsieur le photographe de 81 ans ne passe pas ses vacances ici; il y vit depuis 20 ans, ou plus.

Je ne vais pas décrire la trentaine de photos. Voir des photos, c'est un événemernt de proximité. Y aller. Cheminer. A Cotignac, Var, jusqu'au 10 septembre 2009.

Juste que Frank Horvat glisse - pour les plus urbains des lecteurs- qu'une expo de photos inédites se prépare pour début octobre, rue Jacob (6eme arrondissement de Paname City). "Inédites", ça sonne comme une révélation - même si c'est du numérique.

Horvat Land

Voir aussi :

Separateur_post