« Carrefour de la figuration critique | Accueil | Le Medef, organisation crypto-bolchévique ?! »


Expo Hergé: bof

Par Joest Jonathan Ouaknine le 27 janvier 2007 | (6) Commentaires | Permalink

Herg_pompidou Hergé à Beaubourg, c'était une belle affiche. Georges Remy adorait l'art et de nombreux artistes ont grandi en lisant des albums de Tintin. Hergé a même rencontré Andy Warhol, qui a réalisé une serie de portraits de lui.

C'est la fondation Moulinsart (à la fois gardien et marchand du temple) qui organise cette exposition. Celle consacrée à Franquin, à La Vilette en 2005, faisait la part belle aux objets et aux dioramas grandeur nature. A contrario, à Beaubourg, il n'y avait que des crayonnés en noir et blanc.

Tintinmilou De toutes les expositions que j'ai vu à Beaubourg, c'était la plus austère et celle qui donne le moins envie de s'intéresser à l'auteur.

Du coup, le profane se sentait exclus et les enfants s'ennuient. Quant aux tintinophiles, de toute façon, ils ont déjà vu ces images des dizaines de fois.

Les notes sont rares et comme l'organisateur est la Fondation Moulinsart, cela vire à l'hagiographie, avec des "erreurs" à l'avantage de l'auteur.
Il est vrai que la Fondation se doit de faire de la pub pour une série dont les ventes d'albums chûtent inexorablements (faute de nouveauté depuis la mort d'Hergé, qui aurait déclaré qu'il ne voulait pas que l'on poursuive Tintin après lui.)

Frau_am_mond_friz_langL'une des forces d'Hergé, c'était la documentation. A partir du Lotus Bleu, il oublie l'exotisme d'opérette et se documente sur les villes, les gens, les véhicules, etc. La ligne jaune est franchie avec notamment Objectif Lune/On a marché sur la Lune carrément calqués sur La femme sur la Lune de Fritz Lang.
L'exposition aurait beaucoup gagné s'ils nous montraient ces "sources d'inspiration". A contrario, lorsqu'on essaye de nous faire croire qu'Hergé a imaginé tout seul la fusée de Tintin (mélange de celle de Fritz Lang et d'un V2... Dont l'auteur était l'un de ses accessoiristes), il y a de quoi hurler.

Rastapopoulos_1 Il y aurait également beaucoup à dire sur Hergé et la politique. Officielement, Hergé était un humaniste qui s'est laissé manipuler dans les années 30-40 par le patron du XXe siècle (qui était également son beau-père), un journal catholique d'extrême-droite.
C'est un peu court et d'aucuns noteront que jusqu'au bout, Tintin parle avec condescendance à tous les non-occidentaux et que son ennemi juré, Rastapopoulos est une vraie caricature antisémite (gros nez, bedaine de l'homme d'affaire qui s'engraisse sur le dos des "petits", affairiste, cosmopoliste, etc.)
De plus, Emile Brami avait sous-entendus que les jurons du capitaine Haddock provenaient du nauséabond Bagatelle pour un massacre de Céline.
Quant à l'exposition, elle affiche sans complexe des extraits de Tintin d'avant-guerre avec des Congolais qui parlent en petit nègre ou des colonisés tellement contents de recevoir des leçons d'un blanc. D'ordinaire, je ne suis pas un défendeur du politiquement correct, mais là, ils dépassent les bornes.

Vol_714_sydney Reste enfin le Studio Hergé. C'est Edgar P. Jacobs (futur créateur de Black et Mortimer) qui crée les premiers décors fouillés d'Hergé. Ensuite, Hergé recrutera Jacques Martin (Alix, Lefranc...), Bob de Moor (qui voudra terminer l'Alph'Art à la mort d'Hergé) et Roger Leloup (Yoko Tsuno.) D'après Jacques Martin dés les années 40, Hergé laisse de plus en plus de marges à ses "collaborateurs" (alors que seul son nom apparaît sur les albums.) A partir de 1965, il ne donne plus que quelques idées et se contente de retoucher des dessins ici et là!
Evidemment, c'était une exposition "Hergé". Donc, aucun mot sur Jacobs, Martin, Leloup et de Moor (à part un film où on les voit retoucher sagement les dessins du maître et non l'inverse.) Le pire est atteint lorsqu'une planche (une canular de Jacques Martin et Bob de Moor, présenté à un journaliste Suisse afin qu'Hergé qui avait mis Tintin en pause, se remette au travail) est présentée comme "la première page d'une aventure inachevée".

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83451b18369e200d83512eb7669e2

Listed below are links to weblogs that reference Expo Hergé: bof:

Commentaires

Rédigé par : Berger | 27 jan 2007 13:52:40

Complètement d'accord avec le début de l'article : il ne faut pas espérer d'originalité ni d'objectivité de la part de la fondation Moulinsart.
Sur la question des sources de Hergé, ils attaquent systématiquement ceux qui dévoilent la vérité. Leur dernière cible : Bob Garcia, un auteur qui a eu la mauvaise idée d'écrire quatre excellents bouquins sur les sources du maître ("Jules Verne et Hergé d'un mythe à l'autre" ; "Tintin à Baker Street" ; "Tintin au pays du polar" et "Hergé la bibliothèque imaginaire" aux editions.macguffin@tiscali.fr). Aujourd'hui Bob Garcia et son éditeur sont poursuivis en justice et Moulinsart leur réclame 300.000 euros de dommages et intérêts pour "préjudice moral" ! Pourtant, avec ces quatre bouquins, il y aurait de quoi remplir une expo à Beaubourg, autrement plus originale que celle qui est proposée.
En revanche, je suis réservé sur la suite de l'article. Norbert Wallez, le patron de Hergé, était prêtre (!) et n'a jamais été le beau-père de Hergé. Quant à affirmer que Hergé s'est documenté à partir du Lotus, c'est une grossière erreur. Hergé s'est documenté de façon approfondie dès Les Soviets (relisez Bob Garcia. Il y a des dizaines de preuves irréfutables à l'appuie) !

Separateur_post

Rédigé par : Joest | 27 jan 2007 14:36:40

La première femme de Hergé s'appellait Germaine Kieckens et son père était l'un des patrons du XXe siècle.

Separateur_post

Rédigé par : Berger | 27 jan 2007 17:30:00

Exact. Je croyais que vous faisiez allusion à Wallez qui était son "patron" le plus direct. Germaine était la secrétaire de Wallez. D'ailleurs il joua un peu le rôle de père spirituel auprès du couple Remi.
Autre détail concernant le diptyque lunaire. Hergé s'est autant inspiré du film "Destination Moon" que de "La Femme sur le lune".
Pour le reste, je suis d'accord avec votre analyse.

Separateur_post

Rédigé par : philippe pelletier yopinto | 13 août 2007 23:22:32

georges remi
etait
un grand collectionneur
d art
il adorait matisse et miro
proches de
sa ligne claire!
il collectionna de nombreux peintres americains abstraits tels barnett newman et ellsworth kelly
il demanda meme a andy warhol
de lui faire son portrait serigraphie!
yopinto!

Separateur_post

Rédigé par : Serioux | 28 mai 2008 17:16:02

Procès Bob Garcia contre les ayant-droit de Hergé : Jurisprudence historique

Par jugement rendu le jeudi 22 mai 2008 au TGI de Nanterre, Bob Garcia vient d’emporter une jurisprudence historique contre les ayant-droit de Hergé. Bob Garcia avait reproduit dans ses cinq essais tintinophiles plusieurs cases extraites des Aventures de Tintin sans demande d’autorisation ni payement aux ayant-droit de Hergé. Bob Garcia estimait que ces dessins étaient utilisés au titre du droit de courte citation. Or, si la jurisprudence s’appliquait de façon constante aux textes, il n’existait pas d’équivalent pour les images. Les juges ont donc donné raison à Bob Garcia sur ce point.
En revanche, le jugement estime que les couvertures des ouvrages incriminés constituent des détournements de l’œuvre de Hergé et condamne Bob Garcia et son éditeur à payer la somme de 15.000 euros aux ayant-droit. Curieuse décision quand on sait que ces couvertures, dues au talentueux Harry Edwood, ne reproduisent aucun dessin de Hergé, mais au contraire les dessins et objets dont Hergé s’est lui-même inspiré.
http://recherche.livre.fnac.com/ia225353/Bob-Garcia
Plus curieux encore, deux titres : Tintin au pays du polar et Tintin à Baker Street sont considérés comme des détournements des titres de Hergé. Il est reproché à Tintin au pays du polar sa proximité avec Tintin au pays de l’or noir… Que devrait-on dire dans ce cas de Tintin au pays des savants (édité par Science et Vie) et Tintin au pays des mots (édité par Harraps) ? D’autant plus que les ouvrages de Bob Garcia sont clairement annoncés comme des études et reconnus comme tels à la fois par les ayant-droit de Hergé et par les juges.
Interrogé sur cette décision, l’éditeur Laurent Debarre se déclare très satisfait : « La courte citation des images rend possible la publication de collections d’ouvrages qui étaient bloquées jusqu’à présent du fait des droits exorbitants réclamés par Moulinsart. En revanche nous ne comprenons pas le jugement concernant les couvertures et les titres. Notre but n’est pas de faire des contrefaçons de Hergé, mais au contraire d’étudier son œuvre. Les titres et les couvertures ont été choisis en fonction des thèmes traités. »
En aparté, Laurent Debarre confie : « J’espère seulement que Moulinsart ne fera appel de cette décision et se contentera des 15.000 euros. »
Il est vrai que cette somme semble dérisoire au regard des 300.000 euros initialement demandés par Moulinsart, et surtout au manque à gagner résultant de cette jurisprudence.
Serioux

Separateur_post

Rédigé par : Joseph | 3 oct 2013 16:37:16

Il en a dessiné des nez, de toutes sortes chez les bons comme chez les méchants, c’est drôle que vous ne parliez pas des oreilles, qui malheureusement étaient aussi l'une des théories d’une pseudoscience des races, seriez-vous partial? Joseph

Separateur_post

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.